"Leurre de vérité" par Ronan Leprohon

Modérateur: yann

"Leurre de vérité" par Ronan Leprohon

Messagepar yann sur Dim 11 Oct 2009 14:39

« Leurre de vérité »

Un « leurre de vérité » sans Yann Fiévet ? Eh oui ! Nous en avons dispensé notre collaborateur régulier, professeur de Sciences économiques et sociales, car il vient de faire paraître un ouvrage du plus grand intérêt : Le Monde en pente douce, publié aux éditions Golias (1) et qui est le recueil des chroniques publiées dans Le Peuple breton entre 2000 et 2009.
Cela fait longtemps que Yann Fiévet collabore au PB : désormais plus de quinze ans, à raison d'une chronique par mois. Il raconte : « En juin 1994, quand le mensuel Le Peuple Breton m'ouvrit ses colonnes pour la création d'une rubrique que je nommais dès cet instant "Leurre de vérité », je n'imaginais pas que j'alimenterais celle-ci encore en 2009. Pourtant, dès l'origine j'avais la claire intuition que le rouleau compresseur néolibéral, en marche depuis quinze ans n'en était qu'au début de sa route dévastatrice. La toute première chronique avait pour titre "Attristante Italie ». Silvio Berlusconi venait d'être nommé chef du gouvernement italien pour la première fois. Je n'imaginais sans doute pas alors, que chaque mois pendant quinze années, les motifs de tristesse se feraient à ce point concurrence que le choix du thème de chaque nouvelle chronique serait la plupart du temps cornélien.
D'emblée, le "Leurre de vérité" s'est voulu résolument radical et l'est resté jusqu’à aujourd'hui. Je remercie vivement Joël Guégan et Ronan Leprohon, rédacteurs en chef successifs du Peuple breton, d'avoir défendu indéfectiblement cette radicalité si dérangeante pour le citoyen trop souvent assoupi, mais si nécessaire au débat d'idées. »
La défense de cette radicalité n'est d'ailleurs pas sans poser des problèmes au rédacteur en chef qui signe cet article, car il reste toujours une catégorie de lecteurs qui trouvent que la lecture du « Leurre de vérité » les attriste trop, au moment où ils ont besoin d'espérance pour agir. Ceux-là ne sont pas les meilleurs défenseurs des textes de Yann Fiévet. D'autres en revanche, heureux de tout ce que le combat breton peut leur apporter de volonté militante, ont cependant besoin du papier mensuel de Yann pour sa lucidité et pour la salutaire indignation qu'elle leur donne, face à la difficulté d'être entendu quand on défend, à contre-courant de l'air du temps, les valeurs de liberté et de solidarité, qui sont à la base même de la revendication autonomiste bretonne de gauche. Ceux-ci n'imagineraient pas leur PB sans la chronique de Yann Fiévet.
Et pour eux, ce sera une salutaire expérience que de trouver dans cet ouvrage un total de 92 chroniques, classées chronologiquement. Cette dernière particularité est essentielle, tant elle permet de suivre une pensée et son accrocha¬ge au réel. Mais notons au passage que peu de chroniqueurs oseraient cette publication globale, car elle permet aussi la vérification rétrospective de leurs analyses ou de leurs pré¬dictions. La force de celles de Yann Fiévet est telle qu'il se sort très bien de l'exercice, et que ce qui frappe le lecteur,
c'est moins une nuance qui aurait échappé à l'auteur à l'époque, et qui conduirait à ré¬écrire autrement un passage ou un autre, que l'impitoyable validation, par la dureté de la mondialisation, des plus noires des annonces pros¬pectives de Yann Fiévet.
Une vigoureuse préface de Paul Ariès introduit le livre. Citons-le : « Comment pourrions-nous espé¬rer changer la vie avec un cadre ter¬ritorial hérité d'un projet politique daté, celui issu de la grande Révo¬lution française de 89-93. Com¬ment pourrions-nous rêver de concilier le souci de justice sociale avec les contraintes environne¬mentales, avec un territoire pensé à l'heure du pétrole bon marché ? Si nous prenons au sérieux ce qui se cherche sous les mots d'écologie politique, d'anti-productivisme, de décroissance équitable, de refus du consumérisme, nous croisons nécessairement la question des territoires donc également celles des formes de la démocratie. Et pour cette recherche de la démocratie, relire, et demain consulter, Le Monde en pente douce est vraiment précieux. L'ouvrage est une mine d'informations pour nous aider à penser les luttes d'aujourd'hui, qu'elles soient régionales, sociales, écologiques, ou laïques et souvent le tout ! »
Encore merci, l'ami Yann, pour ces années de travail et de réflexion qui te font honneur, mais qui font aussi honneur à ce Peuple breton, si souvent snobé par les amateurs de pensée dominante, et pourtant bien plus important qu'on ne le croit, no¬tamment grâce aux « Leurres de vérité ». À te lire le mois prochain !

Ronan Leprohon

1. Éditions Golias, BP 3045- 69605 Villeurbanne cedex, 19 €



Le Peuple breton — Octobre 2009
yann
 
Messages: 304
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers En librairie - Le monde en pente douce

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités

cron