Et maintenant le ciel !

Modérateur: yann

Et maintenant le ciel !

Messagepar yann sur Dim 3 Oct 2021 23:47

Et maintenant le ciel !


L’appétit des GAFAM est insatiable. Insatiable et destructeur à bien des égards. Après avoir envahi la planète toute entière par le développement sans limites – et sans contrôle efficace par les « autorités » politiques – de multiples réseaux asociaux déterritorialisés ils prétendent désormais s’attaquer au ciel pour mettre en œuvre rapidement l’Internet par satellite. Face à l’immensité de la voûte céleste la 5G paraît n’être guère plus qu’une broutille qui ne pouvait contenter les ambitions de ces monstres froids qui déjà façonnent grandement bien des pans de notre existence terrestre. Les chiffres sont astronomiques comme il se doit en pareille matière : à terme, sans doute pas trop lointain, quelques 40 000 satellites pourraient ainsi être mis sur orbite par ces firmes privées que leur abusive notoriété autorise à ne plus nommer que par l’acronyme désormais consacré. Comment ne pas voir là une fuite en avant dramatique au regard des graves menaces pesant déjà sur notre monde ? Le « monde d’après » est décidément loin… derrière nous !

Il est sans doute encore un peu trop tôt pour mesurer à quel point les cinq mastodontes de la globosphère auront travaillé à la déshumanisation de nos sociétés. Les réseaux dits sociaux développés avec frénésie sur « la Toile » créent des communautés virtuelles, certes sans grande consistance objective, dans lesquelles les individus croient pourtant pouvoir se forger une identité que la société réelle de plus en plus disloquée peine désormais à leur offrir. Un individualisme mal compris s’impose petit-à-petit à mesure que le néolibéralisme économique transforme en profondeurs nos sociétés et que les institutions à caractère social ne jouent plus le rôle de ciment qui leur avait été opportunément assigné autrefois. Les médias de masse traditionnels s’extasient de plus en plus face aux « audiences phénoménales » des récents héros faussement positifs que sont les youtubeurs vus comme autant de nouveaux « influenceurs ». On en dresse Même des palmarès où parmi « les youtoubeurs les mieux payés au monde » on compte des gamins de six ans ! Les hommes et femmes politiques eux-mêmes prêtent le flanc à cette agora virtuelle que l’on ne peut pourtant pas nommer électorat puisque la plupart de ses membres ne votent plus ou ne l’ont jamais fait et n’ont entre eux aucune autre relation que leur seule hasardeuse présence simultanée sur un espace virtuel donné. Le monde ainsi virtualisé est un monde sans territoire de référence. Il devient le refuge de tous ceux à qui l’espace de la vie sociale et politique n’évoque plus grand-chose ou, pour les plus jeunes n’a jamais vraiment contribué à forger leur personnalité. Il est alors permis d’interroger leur réelle sensibilité au monde qui les entoure, leur capacité à prendre au sérieux les vraies questions qui se posent aujourd’hui à nous et à nos territoires.

L’Internet par satellite multipliera au centuple les possibilités déjà offertes aux GAFAM et permettra sans nul doute d’en faire émerger de nouvelles. Les réseaux asociaux de plus en plus déconnectés du réel croîtrons et embellirons, un paradoxe à l’heure où l’on assiste à la multiplication sans freins des « objets connectés ». Evidemment, tout n’est pas virtuel dans cette histoire. Le grandiose développement de la virtualité de l’Internet n’est possible que par la construction d’infrastructures matérielles en amont. Celles-ci sont bien réelles et extrêmement gourmandes en ressources diverses – à commencer par l’énergie consommée – et par conséquent responsables de graves impacts sur l’environnement, notamment par la génération de déchets. Les « data centers » vont faire florès. Ils sont déjà des milliers et sont toujours plus gros. Actuellement, le plus grand d’entre eux est installé en Chine et a une superficie égale à 110 terrains de football. D’ores-et-déjà, les ressources nécessaires pour faire tourner l’activité internautique dans le monde dépassent celles utilisées par l’activité aéronautique mondiale. Les divers impacts de cette activité potentiellement incommensurable, eux aussi bien réels, ne seront pas sérieusement mesurés. On ne l’a pas fait pour la 5G, qui peut donc croire un instant que ce sera fait pour la privatisation du ciel par les GAFAM ? Du reste, on se demande bien quelles autorités politiques pourraient oser mettre leur nez dans ce nouveau maquis forcément inextricable. On ne parvient déjà plus à obtenir que les GAFAM respectent la loi en matière d’Internet terrestre. Alors, du haut des cieux tout sera permis !

Le « monde d’après » sera donc une fuite en avant. Une fuite en avant que l’on sait dès maintenant incontrôlable. Les vidéos « virales », imbéciles et assassines, du type « anti-2010 » ou anti-Mila, vont fleurir à foison et se propager dans tous les recoins de la Toile planétaire. Le cyber-harcèlement, les cyber-attaques , les « fausses nouvelles », les délires complotistes vont se déployer avec une puissance de feu que l’on peine encore à imaginer. L’ubérisation et l’e-commerce ne pourront que profiter du nouveau contexte et ainsi «étendre leur emprise destructrice de nos modes De vie traditionnels, d’autant plus facilement que la plupart des utilisateurs potentiels verront progressivement leur regard critique – lorsqu’ils en ont un – annihilé par la facilité. L’ancrage pleinement assumé dans un territoire géographiquement et culturellement déterminé deviendra alors une anomalie. Qui peut sérieusement rêver d’une telle perspective ? Probablement aucun être sensé. Pourtant, cette « dissociété » adviendra comme pour donner raison au « meilleur des mondes » d’Aldous Huxley.

Pour enrayer la funeste trajectoire il conviendrait de bâtir une résistance à large spectre. Hélas, cela ne s’improvise pas. L’individualisme mal compris dans lequel nos sociétés sont aujourd’hui engluées a détruit la plupart des possibilités d’un engagement collectif majeur. Ce n’est certes pas l’univers virtuel façonné par les GAFAM qui permettra de recréer des possibilités de résistance. Il va falloir les susciter sans eux et… contre eux. Et, il faudra d’abord imposer – la gageure n’est pas mince – un nouvel imaginaire contre ce qui nous est inlassablement présenté comme une avancée inéluctable du Progrès.


Yann Fiévet
Septembre 2021
yann
 
Messages: 334
Inscrit le: Ven 11 Avr 2008 18:39

Retourner vers 2021

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

cron